propos tenus sur cette page (cette rubrique) ne représentent que et uniquement l’opinion de leur auteur, et n’engagent pas Moadon.

Mais qui est Agnes Keleti?

Agnes Keleti est une ancienne gymnaste hongroise, née le 9 janvier 1921.
Pourquoi parler d’elle aujourd’hui?
Tout d’abord elle vient de fêter ses 100 ans. C’est beau, c’est magnifique, c’est assez rare, mais ça devient de plus en plus fréquent. On dit même qu’une femme française sur deux née en l’année 2000, vivra centenaire!

Mais c’est surtout une juive, une survivante de la Shoah doublée d’une championne olympique hors norme.
Elle commence la gymnastique à quatre ans. Elle remporte ses premiers titres nationaux à l’âge de 16 ans mais est exclue de l’équipe nationale en 1940 car elle est juive.
Agnès Keleti échappe à la Shoah durant la Seconde Guerre mondiale en se faisant passer pour une chrétienne. Pendant la bataille de Budapest elle aide à ramasser les cadavres et à les enterrer dans des fosses communes.
Son père meurt à Auschwitz.
Après la guerre elle renoue avec la gymnastique et la compétition. Une blessure l’empêche de participer aux JO de Londres en 1948.
Elle a déjà 31 ans et participe aux JO de 1952 à Helsinki. Elle remporte sa 1ère médaillé d’or au sol, l’argent par équipes et le bronze aux barres parallèles.
Lors des championnats du monde de 1954 elle obtient deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze.
En 1956, elle participe aux JO de 1956 à Melbourne en Australie. Elle a 35 ans. Elle remporte quatre médailles d’or et deux médailles d’argent.

Moins d’un mois avant le début des Jeux, la Hongrie est envahie par l’URSS. Quelques jours avant la compétition, Keleti apprend que sa mère est morte durant les événements. Elle décide alors de rester en Australie, obtenant l’asile politique en compagnie de 44 autres sportifs hongrois.

En 1957 elle décide de s’installer en Israël et participera même aux Maccabiades.

Elle sera ainsi la troisième gymnaste la plus médaillée de toute l’histoire des Jeux Olympiques et l’athlète juive féminine la plus médaillée.

 

 

CONDITIONS DE MODÉRATION DU BLOG :

Le blog et les commentaires sont modérés a posteriori. Le non respect de l’une des règles suivantes entraîne la suppression de l’article et du commentaire :

– Commentaires diffamatoires, racistes, pornographiques, pédophiles, incitant à délit, crimes ou suicides,
– Commentaires reproduisant une correspondance privée sans l’accord des personnes concernées,
– Commentaires agressifs ou vulgaires.