Les hébreux sont sortis d’Egypte, ils sont devant la mer rouge : blocage, situation de panique. Les hébreux font des reproches à Moïse; pourquoi nous avoir fait sortir d’Egypte pour nous mener à cette impasse.

Moise leur répond :

“N’ayez pas peur. Restez fermes et vous serez témoins de l’assistance que l’Eternel vous procurera, certes si vous avez vu les égyptiens  aujourd’hui, sachez que vous ne le reverrez plus jamais; l’Eternel combattra pour vous et vous taisez vous”.

Une réponse quelque peu bizarre, très commentée; pourquoi une réponse si longue ? Pourquoi ne pas s’être contenté de “l’Eternel combattra pour vous” ? que signifie cette fin “taisez vous” ?

En fait cette réponse s’adresse à des groupes différents; en effet il y avait quatre groupes de personnes différents :

  • 1er groupe : ceux qui voulaient mourir; nous allons mourir donc quitte à mourir autant se suicider en entrant dans la mer et ne plus jamais être esclave en Egypte.

    Un comportement qu’on retrouvera plus de mille ans plus tard avec l’épisode historique de Massada.

  • 2ème groupe : ceux qui veulent retourner en Egypte; on a tenté le coup, l’évasion, nous avons échoué, alors retournons en Egypte ce sera difficile mais au moins  on connaît et on sera vivant.

  • 3ème groupe : on va combattre. On n’a pas fait tout ça pour rien et même si on une chance infime on gagnera notre dignité.

  • 4ème groupe : On va prier. On s’en remet à D.ieu.

Et la réponse de Moïse s’adresse en fait à chaque groupe :

Au 1er il leur répond “restez fermes (ne craquez pas) D.ieu va nous aider”; au 2ème ceux qui voulaient retourner en Egypte, “l’Egypte c’est terminé vous n’y retournerez jamais”; au 3ème, les guerriers, l’Eternel combattra pour vous, et enfin au dernier groupe les pieux, “taisez vous”, ou autrement dit “il y a un moment pour tout, et là ce n’est pas le moment de prier”.

La formule “N’ayez pas peur” revient souvent dans la Bible. D.ieu l’emploie parfois, les hommes aussi; Joseph, par exemple, lorsqu’il retrouve ses frères emploie cette formule. Ici Moïse se met dans les pas de Joseph.

Mais au fait n’ayez pas peur de quoi ? De qui ?

Sans aucun doute des Egyptiens, c’est la première réponse immédiate, logique, mais en creusant un peu voici une autre réponse possible :

N’ayez pas peur les uns des autres.

Effectivement ceux qui veulent combattre, par exemple, se disent si tout le peuple se met à combattre ensemble on a peut être une chance d’y arriver, mais si on se retrouve avec des gens qui commencent à sortir leur sidour et à prier, ou d’autres à brandir un drapeau blanc pour retourner en Egypte, alors on est foutus, tout est perdu.

A cause des autres parties du peuple le combat serait perdu.

Il en de même avec les autres groupes, ceux qui veulent prier se disent que leur prière ne pourrait être exhaussée, acceptée que si tout le peuple prie à l’unisson. Et il en va de même pour tous les groupes. Chacun se méfie du comportement des autres.

Ainsi Moïse, avec sa réponse, essaie de faire passer le message suivant :

Cette diversité entre vous incontestable est une richesse, mais à condition que les compétences de chacun viennent s’additionner; si au contraire cette diversité est facteur de divisions alors cela peut devenir la pire des choses.

N’ayez pas peur les uns des autres, ayez au contraire confiance.